Assuralia parle de “Retraites Plombées”

On parle une nouvelle fois de “Retraites Plombées”! Cette fois, c’est Assuralia, l’union professionnelle des entreprises d’assurance, qui mentionne notre livre dans une revue de quelques ouvrages récemment parus. Cette revue de “Retraites Plombées” a été publiée dans la lettre d’information “Assurinfo”. Nous en reproduisons ici le texte avec leur aimable autorisation.

Une pension meilleure est possible

Revendiquant avec panache un ton “un brin provocateur”, Frédéric Wauters, journaliste indépendant, et son confrère Ludovic Delory (RTL) ont publié à l’automne dernier à la Renaissance du Livre l’ouvrage “Retraites plombées – comment l’Etat vole votre avenir”.  A croire que les auteurs ont été à l’école de Stéphane Hessel et ont retenu son cri “Indignez-vous!” (même s’il est moins probable que Hessel cite le Chili en modèle des réformes des retraites). Les auteurs sont effarés par le manque de garanties du système de la pension par répartition et les dérives qu’il connaît actuellement, selon l’analyse acide des auteurs, intraitables à propos du dédain à l’égard des générations futures. Mais ceux-ci saluent les prises de conscience des écarts à combler (comme celle du bourgmestre de Dour, Carlo Di Antonio, qui dut subir la critique syndicale sur son deuxième pilier pour agents contractuels), et esquissent en même temps un scénario de sortie qui doit permettre aux jeunes d’avoir de meilleures perspectives que de cotiser à fonds perdus.  En clair: les auteurs prennent le parti de la capitalisation individuelle sur la base de la liberté d’épargne de chaque travailleur (et donc en opposition avec l’idée d’une capitalisation obligatoire façon Bruno Tobback). En effet, si le travailleur (carrière complète au taux plafond) avait pu affecter ses cotisations à la pension légale à l’achat d’obligations d’Etat, puis les convertir en rente (en se référant à Rent Life d’Ethias) cela donnerait une pension légale brute mensuelle de 3.425,43 euros.  Et l’exercice est encore plus révélateur pour un salaire plus modeste, calculent les auteurs.

Deux noms à retenir si vous cherchez des voix motivées en vue de débats animés!